Chimpanzés les EtatsUnis veulent accroitre la protection des singes captifs

first_imgChimpanzés : les Etats-Unis veulent accroitre la protection des singes captifsMardi, le service américain de la pêche et de la faune a proposé d’étendre la protection des chimpanzés vivant en liberté à ceux qui vivent en captivité, en plaçant ces derniers sous la loi des espèces en danger.Ces 30 dernières années, les populations de chimpanzés qui vivent en liberté ont chuté de plus de 65% dans le monde. Une baisse dramatique due principalement à la perte de leur habitat et à un braconnage important, alimenté en partie par l’exploitation de ces primates dans plusieurs pays. C’est notamment le cas aux Etats-Unis où le singe est employé dans le divertissement mais aussi dans les laboratoires de recherche. C’est ainsi une proposition exemplaire qu’a faite mardi l’US Fish and Wildlife Service (USFWS). Le département a suggéré que la protection des chimpanzés ne concerne plus seulement les spécimens vivant en liberté mais aussi ceux vivant en captivité. En effet, actuellement, les chimpanzés sont reconnus comme une espèce en danger d’extinction mais cette loi ne s’applique pas aux animaux captifs des Etats-Unis, ce qui laisse la porte ouverte à leur exploitation. Changer ce statut pourrait donc avoir un impact important sur cette pratique et la survie des espèces sauvages, juge dans un communiqué l’USFWS. Le département avait été saisi en 2010 par une coalition d’organisations de préservation des chimpanzés, parmi lesquelles le Jane Goodall Institute. Mais cette décision doit encore faire l’objet d’un débat public de 60 jours avant de devenir effective. Si elle le devient, alors toute utilisation de chimpanzé requerra un permis et les demandes seront examinées par l’USFWS au cas par cas, afin de déterminer si les activités proposées promouvront la conservation des espèces.Les chimpanzés libérés des laboratoiresÀ lire aussiMaladie de Charcot : symptômes, causes, traitement, où en est on ?De nombreuses études ont montré que les représentations des chimpanzés dans les médias, comme les publicités, augmentait la demande de ces primates comme animal de compagnie et diminuaient le soutien de l’opinion pour leur conservation. Aussi, cette décision pourrait également aider à réduire la demande en rappelant la menace qui plane sur ces animaux. Elle s’ajoute par ailleurs à l’autre décision récemment prise par les National Institute of Health (NIH) de ne plus financer les recherches menées sur les chimpanzés.Cette mesure fait suite à une étude qui n’a pas identifié un seul champ de recherche médical dans lequel l’utilisation de chimpanzés était essentiel. Aussi, un comité a recommandé que les quelque 350 singes se trouvant actuellement dans les laboratoires des NIH soient libérés et transférés dans des sanctuaires. Autant de bonnes nouvelles pour la survie de cette précieuse espèce de singe.Le 13 juin 2013 à 12:24 • Maxime Lambertlast_img read more